Actualités

Partager sur :
26 novembre 2021
La vie régionale

Le rail, un moyen de transport sûr et respectueux de l'environnement

Vue 132 fois

Le train sûrement une opportunité d'emploi pour les futures années.

Au moment des déclarations de la COP 26 à Glasgow, IESF se devait de soutenir l'action du conseil européen qui a déclaré 2021 « année du rail », dans le cadre de la promotion des mobilités durables et douce. Cet article décrit quelques aspects du développement futur des Chemins de fer dans le monde. L'urbanisation, l'accroissement de population, la lutte contre la pollution, l'encombrement des villes, l'accroissement massif des échanges commerciaux et touristiques l'ont rendu nécessaire.

Le chemin de fer est un équilibre entre l'individuel (chacun prend le train pour des raisons personnelles différentes) et le collectif (chacun est transporté par un moyen global unique). Mais la notion de transport évolue : d'une question de mobilité de la fin XIXième et début du XXième, (faciliter les déplacements de personnes) le chemin de fer a migré vers une question d'accessibilité, c'est-à-dire visant à donner l'accès aux personnes à des espaces différents (aussi bien autour d'agglomérations sur des faibles distances, qu'entre métropoles éloignées), en des temps de plus en plus courts.

Le chemin de fer sait survivre aux révolutions: remplacement de la machine à vapeur par des diesels et par des machines électriques de plus en plus performantes, c'est-à-dire moins gourmandes en énergie (par tonne/km), demain par d'autres modes. L'Union Internationale des Chemins de Fer (UIC) s'inscrit dans cette démarche au nom de deux valeurs qu'elle prône : (i) sécurité : rendre les chemins de fer de plus en plus sûrs, notamment par le développement d'une signalisation internationale normée et (ii) développement durable : améliorer les performances par de la technologie appropriée. Ces deux aspects montrent que les chemins de fer sont générateurs d'emploi.

Les investissements ferrés ne cessent de crôitre dans le monde. L'Allemagne a annoncé dès 2020 62 milliards d'euros jusqu'en 2030 pour rénover le rail. Un plan massif vient d'être voté au 06 novembre 2021 pour le transport ferroviaire aux Etats-Unis. Ces investissements concernent deux grandes directions: le renouvellement des infrastructures vieillissantes dans certains pays (dont la France) et le développement de grands corridors (Chine -Europe, soit St Pétersbourg-Pékin par ex) avec son corolaire de petits maillons locaux pour les rejoindre. Ils sont accompagnés par l'UIC pour le développement technologique de signalisation performante par exemple par le passage à la 5G. Au niveau innovation, l'UIC s'est engagée dans un programme de motrices à hydrogène (déjà en vigueur en Allemagne à titre expérimental sur

Dans la mouvance de la COP26 : le rail, un moyen de transport sûr et respectueux de l'environnement 

De nombreux pays se sont lancés dans les TGV (Maroc dernièrement par ex), ou y réfléchissent (Turquie).

Il convient de se souvenir que 2 milliards de personnes n'ont pas accès à ce jour à des modalités de déplacement à faible ou grande échelle. Cependant la Chine à elle seule, a déjà construit 40 000 km de voies TGV (contre 4500 en France)1. Son souhait n'est pas tant d'exporter que d'être présente sur des marchés émergents, par des modes classiques, comme la construction du chemin de fer Addis-Abeba à Djibouti (700 km)2. L'ambition chinoise prévoit la mise en place à terme d'un réseau de près de 5 000 km de rails, divisés en huit corridors reliant le Kenya, le Sud- Soudan et le Soudan à Djibouti. Les liaisons à grande vitesse dans le réseau mondial devraient tripler dans les 30 prochaines années et relier également toutes les métropoles à tous leurs aéroports.

L'ensemble de ces tendances mondiales montrent que le système ferroviaire possède intrinsèquement des valeurs fondamentales : grande capacité de transport, sécurité, mais aussi de plus en plus impact économique pour l'aménagement des territoires, et « last but not least », impact positif dans les politiques de développement durable.

Ces stratégies mondiales de développement ferroviaire pour les prochaines années montrent :

- l'aspect générateur d'emplois que ce développement commande, aussi bien à de faibles niveaux de compétences qu'à celui de hauts niveaux ingénieurs, notamment vis-vis du digital (systèmes interconnectés entre pays, haut débit, sécurité, cyber-sécurité, IA) ;

1 Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_à_grande_vitesse
2 La China Civil engineering Construction Corporation a mené les travaux et la banque d'import-export Exim Bank les a financés à hauteur de 4 milliards de dollars. La Chine a construit sur le port de Doralé à Djibouti, un nouveau terminal dédié aux porte-conteneurs venus d'Asie. La ligne Djibouti - Addis-Abeba absorbe les 3 500 tonnes de marchandises en provenance du port de Djibouti et accélère les flux de marchandises, activité vitale pour le pays côtier, qui accueille 90% des importations éthiopienne

l'aspect d'optimisation des mobilités, chaque mode constituant un maillon dans la chaîne, mais dont le chemin de fer peut être une ossature complémentaire : L'absence du mode ferroviaire conduirait à une augmentation de 15% de la consommation pétrolière et de 12% des émissions de gaz à effet de serre pour pouvoir faire face à la mobilité des biens et des personnes.

En définitive, les avantages socio-économiques du chemin de fer, création d'emplois, temps gagné, aménagement des espaces urbains (par décongestion des trafics routiers notamment), réduction des coûts des accidents routiers, rentabilité environnementale, plaident pour une vision à long terme du développement ferroviaire.

Jean-Pierre LOUBINOUX Jean-Pierre ROZELOT Directeur général honoraire de l'UIC Président d'IESF-CA

page2image772683072  




1
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.