Actualités

Partager sur :
05 mai 2020
Entreprises

la photo est devenue mon métier

Vue 266 fois

Adrien Giret, GC 2017, un parcours original

Après une brève expérience industrielle après l'obtention de son diplôme, Adrien a pris son appareil photo et a décidé d'en faire son principal outil de production. La photo, une passion

Un site le présentant

Il nous a gentiment relaté son parcours. Une belle histoire

 Je me souviens encore de mon arrivée à l’école, je n’avais jamais mis les pieds à Saint Etienne auparavant. J’avais entendu toute sortes de choses, mais jamais grand-chose de positif... Alors, oui je dois l’admettre j’arrivais avec une once d’appréhension.

Mon quotidien était très différent durant les deux années précédant mon arrivée à Sainté, c’était la manche et les docks du havre où était situé mon IUT. Autant vous dire que c’était le grand écart.

J’ai tout de suite accroché à ce nouveau cadre de vie. Cette école perchée sur les hauteurs de Saint Etienne et juste derrière le massif du Pilat qui fût mon terrain de jeux durant les trois années qui suivirent, quel lieu atypique pour une école.

A peine arrivé que c’était l’intégration pas le temps de s’ennuyer et encore moins de déprimé, j’ai tout de suite sympathisé avec des gens d’horizons très différentes et je me suis rapidement senti chez moi dans cette nouvelle ville.

Les cours ont commencé et je me souviens qu’il fallait s’accrocher ! Ce fameux semestre de remise à niveau pour nous les non-initiaux comme moi, n’était pas de tout repos. Mais bon je me suis accroché et cette première année est finalement vite passée.

Parmi les choses qui m’ont marqué durant mes années à l’ENISE, il y avait bien sûr les soirées au foyer, mais ça c’est une autre histoire. Mais non je voulais parler de la météo. Moi j’étais habitué à la pluie bien sûr, mais au froid et à la neige beaucoup moins et à Sainté l’hiver il neige quand même pas mal et je me souviens d’ailleurs de quelques longues marches imposées, depuis le centre-ville où je logeais, jusqu’à l’école lorsque la circulation était vraiment rendue difficile, voire impossible. Bien sûr il y a eu ces mêmes trajets très tard le soir ou tôt le matin je ne sais plus trop, après des soirées bien arrosées au foyer, mais ça je le disais c’est une autre histoire !

J’ai fait le choix de faire ma dernière année à l’étranger et j’ai choisi d’aller au Québec. Ce fut une expérience incroyable et des souvenirs qui resteront gravés. J’étais un peu retissant au départ à l’idée de partir à l’étranger pour mes études, mais cette idée a rapidement été chassée à mon arrivée au Québec. Alors, je dis merci pour cette incroyable opportunité qui nous est offerte, de pouvoir voyager au travers de nos études et ainsi enrichir nos vies de manière significative. Je dois bien l’admettre par contre une fois qu’on a goûté au voyage à l’étranger, ça devient un peu une addiction…

Voilà ce que je peux dire très rapidement sur ces années passées à Sainté comme on dit une fois qu’on y a vécu. J’en garderais toujours un très bon souvenir. Et maintenant quand je pense à cette ville, j’ai plein de bon souvenirs qui me reviennent, de belles images des innombrables randonnées dans le massif du Pilat, les trails, des sorties escalade etc. Et maintenant quand je viens à parler de cette ville avec d’autres personnes je me surprends à la défendre. Comme quoi !

Pour finir une phrase qui m’avait marquée à mon arrivée dans l’école et qui prend tout son sens aujourd’hui, c’était ce mot du directeur je crois qui disait, « on ne va pas vous apprendre un métier, mais une manière de réfléchir de penser ». Et je crois que finalement c’est ce qui résume le mieux mon parcours, car même si je n’ai pas poursuivi dans la voie qui m’était destinée, ces études m’auront quand même énormément apporté en matière de réflexion et je pense que sans ça je n’aurais jamais été capable d’apprendre un nouveau métier par moi-même en partant de zéro. Voilà alors continuez à réfléchir comme des ingénieurs, mais faites ce qui vous plait !

« PS : Je vis maintenant à Rennes et fait du hasard l’une de mes colocs est originaire de Saint Etienne du coup on s’est fait une virée tous ensemble de quelques jours là-bas et on a eu de la chance on y était quand il y a eu beaucoup neigé, en novembre dernier. Autant vous dire qu’on a fait de la raquette dans le Pilat et qu’on est allé manger au restaurant La Jasserie pour ceux qui connaissent ! »



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.