Actualités

Partager sur :
10 juin 2021
Entreprises

Vous avez dit " Economie circulaire "

Vue 97 fois

Edouard CARTERON, GM 2009, est ingénieur dans la société ecosystem, entreprise intitulée éco-organisme à but non lucratif qui collecte et recycle les équipements électriques et électroniques.

Edouard a un parcours très impliqué dans une démarche écologique et s'implique dans l'économie circulaire, voici son récit :

Natif de la région Stéphanoise, j’ai intégré l’ENISE en 2004 pour le cursus en 5 ans en génie mécanique avec dès le début l’envie de travailler sur les sujets de développements produits. Au fil de ces années d’études, je développais en parallèle un intérêt sur les sujets environnementaux. J’avais par exemple eu l’opportunité de participer au Shell Eco-marathon via un club qu’on avait fondé au sein de l’ENISE. L’idée de ce challenge est de parcourir à l’aide d’un véhicule un maximum de distance avec un minimum de carburant.

Toutefois, les enjeux environnementaux étaient encore assez peu abordés dans le cursus à cette époque et malgré un dernier stage autour de la mobilité électrique j’avais plus d’envies que de réelles compétences sur ces sujets. C’est pourquoi à la sortie de l’ENISE, j’ai décidé de suivre un Mastère au sein des Arts et Métiers à Chambéry sur l’éco-conception et le management environnemental. Mon idée était de pouvoir mettre en pratique tout ce que j’avais appris au sein de l’ENISE sur les processus industriels et surtout sur la conception des ensembles mécaniques et d’y apporter une teinte environnementale.

Après 6 mois de formation et un nouveau stage (après les 3 périodes de stage très formatrices que j’avais pu entreprendre via l’ENISE), me voilà éco-concepteur et motivé à travailler dans ce qu’on appelait alors le « développement durable ». Peu à peu les glissements sémantiques amèneront à parler d’avantage d’économie circulaire. Différentes opportunités de carrière m’auront permis de travailler dans le secteur de la construction bois, du mobilier, de la construction durable et maintenant dans les équipements électriques et électroniques au sein de l’éco-organisme ecosystem.

Le concept de l’économie circulaire

De nombreuses définitions existent pour expliquer l’économie circulaire qui bien que différentes se rejoignent autour d’un même concept : le besoin de découpler une certaine forme de croissance économique de l’épuisement des ressources naturelles. En tant qu’ingénieur ENISE, un bon schéma me semble toujours plus explicite qu’un long discours et la structuration proposée ci-dessous par la Fondation Ellen MacArthur résume assez bien l’économie circulaire.

 

Un travail au quotidien dans un éco-organisme

Un éco-organisme est une structure un peu particulière. En effet, il s’agit d’une société de droit privé à but non-lucratif détenue par les producteurs et distributeurs pour prendre en charge la fin de vie des équipements qu’ils mettent sur le marché.

Ecosystem est un éco-organisme en charge de la collecte et du recyclage des équipements électriques et électroniques (DEEE), des lampes et des petits extincteurs. De plus, suite à la parution en fin d’année 2020 de la loi AGEC (La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) le périmètre de l’éco-organisme va être renforcé sur les sujets de réemploi et de la réparation des équipements.

Mon rôle au quotidien est d’accompagner les entreprises membres de l’éco-organisme pour les aider à améliorer l’éco-conception de leurs produits afin que ceci soit plus facilement réparable et réemployable et aussi plus facilement recyclable. Ceci est un positionnement long terme où l’idée qu’un produit bien conçu aujourd’hui sera plus facilement recyclable dans l’avenir. Un autre axe important est le développement de projets autour de la circularité des produits et des matières avec notamment l’accompagnement à l’intégration de matières recyclées, issues du traitement des déchets, dans de nouveaux produits. Nous travaillons plus particulièrement sur le plastique qui présente les plus grands défis.

 


A titre d’exemple voici des produits fabriqués à partir de plastiques recyclés provenant de la filière de recyclage des DEEE

 (tous ne sont pas le fruit d’une collaboration avec ecosystem).

Même si le chemin est encore long, on constate que entreprises pionnières commencent à voir le produit, qui atteint une fin d’usage, non pas comme un déchet mais comme une source de matières voir de pièces disponibles pour de nouveaux produits. Un autre message d’espoir est de voir que de plus en plus de jeunes diplômés sont très sensibilisés aux problématiques environnementales et cherchent à mettre en adéquation vie personnelle (avec certaines convictions) et expériences professionnelles.

Edouard CARTERON GM 2009

 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.